« La vue, variable d’ajustement pour combler le trou de la sécu », selon le Snof

Le Syndicat National des ophtalmologistes de France (Snof) s’inquiète de la baisse de cotation de certains actes d’ophtalmologie essentiels dans le dépistage et le suivi de maladies potentiellement graves.

Le Snof dénonce une mesure dangereuse de la part des pouvoirs publics qui, en cherchant à réduire les dépenses de santé, jouent avec la vue des Français. Il alerte sur les risques concernant la réduction des cotations pour des actes ophtalmologiques comme l’OCT (tomographie par cohérence optique) ou l’opération de la cataracte. Cette décision aurait des effets désastreux sur la prise en charge de la santé des Français.

Une augmentation du RAC pour les patients

Les mesures envisagées par l’Assurance Maladie reviendraient, selon le Dr Thierry Bour, président du Snof, à favoriser une médecine à deux vitesses. Le secteur 1 serait, en effet, le premier à être impacté, avec à la clé un risque de disparition de la chirurgie de la cataracte en secteur sans dépassement d’honoraires. Les patients seraient alors contraints de se rabattre vers des praticiens exerçant en secteur 2. Ce qui impliquerait pour ses patients une augmentation de leur Reste à charge (RAC). Un résultat totalement incohérent, alors que le Gouvernement souhaite, officiellement, un meilleur accès aux soins et une diminution du reste à charge.

Des suppressions aberrantes

L’Assurance Maladie veut supprimer l’association de l’intervention de la cataracte et de l’acte d’antibioprophylaxie qui le suit.

« Cette mesure est un non-sens médical et économique ! » selon le Dr Thierry Bour. « Cet acte est d’une grande efficacité avec un coût modéré. Le comble est qu’il fait même l’objet d’une recommandation officielle de l’ANSM, est reconnu à l’international et a été autorisé par la même CNAMTS en 2011 ! Grâce à cette mesure d’antibioprophylaxie, nous sauvons les yeux de 1 200 patients par an de graves complications infectieuses post-opératoires. »

Le Snof dénonce donc une logique comptable qui ne résume la santé des Français qu’à une série de chiffres. Il appelle à la création d’un système de soins dans lequel tout le monde est gagnant (patients, médecins, assurance maladie) et où les patients sont bien pris en charge.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *