L’accès aux soins visuels de retour au Sénat

La difficulté d’accès aux soins visuels est une problématique souvent abordée par les parlementaires français. Dans le cadre du Plan de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS), le sujet a été de nouveau mis en lumière par des sénateurs qui souhaitent réformer la filière visuelle.

Alors que le PLFSS est discuté par les parlementaires, trois amendements concernant la filière visuelle ont été déposés. Ils témoignent d’une volonté de déléguer la prescription des équipements optiques à l’orthoptiste et/ou à l’optométriste. L’AOF (Association des Optométristes de France) se félicitent que le sujet de l’optométrie soit de nouveau intégré aux réflexions des sénateurs. L’amendement 221 indique notamment qu’« il sera nécessaire de se pencher plus avant sur la reconnaissance de la profession d’optométriste en France dont le diplôme existe depuis 1991 sous la forme d’une maitrise d’optométrie (bac+4), devenue en 2004 un Master de sciences de la vision (bac+5), sur les préconisations du ministère de l’éducation nationale et à des fins d’harmonisation européenne dans la suite logique de l’adoption des ordonnances santé ».

L’AOF s’étonne néanmoins de la demande des orthoptistes (SNAO) concernant la dilatation hors prescription médicale, et s’interroge sur le fait que le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) soutienne éventuellement cette démarche. L’association souhaite « la mise en place rapide d’une réforme profonde et profitable à la population française, en opposition de celle menée lors de ces 15 dernières années ». L’objectif étant de réduire les délais d’attente et d’assurer un dépistage de haut niveau.

Découvrir les amendements:

– 209 : http://www.senat.fr/enseance/2017-2018/63/Amdt_209.html
– 221 : http://www.senat.fr/enseance/2017-2018/63/Amdt_221.html
– 510 : http://www.senat.fr/enseance/2017-2018/63/Amdt_510.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *